Philippe Condamin

J’ai débuté la pratique des sports de combat par le Judo à l’âge de 9 ans sous la direction d’un personnage haut en couleur, retraité de gendarmerie au fort de justice à Besançon, Maître Trancart. Bien que très éloignée des disciplines qui vont construire ma vie de pratiquant et d’enseignant, la pratique du Judo transmise par ce Sensei m’a initié très tôt aux valeurs fondamentales des arts-martiaux. 

Ma rencontre avec les disciplines martiales traditionnelles commence à la fin de l’adolescence avec le Tenshin Shoden Katori Shinto Ryu de Sensei Sugino Yioshio enseigné par Lionel Oudart à Besançon (ancien élève direct de Yioshio Sugino).

Très rapidement je débute au sein du même Dojo (Académie Indépendante de Bujutsu, Lionel Oudart, Besançon) la pratique de l’Aikibujutsu (aujourd’hui Aïkibugei) qui comprend les écoles : Aïkido de Sensei Tamura Nobuyoshi, Aïkibudo de Sensei Alain Flocquet, le Daito ryu, l’une des plus anciennes traditions martiales japonaises, inspirée des travaux de Sensei Minoru Mochizuki (élève direct de O-Senseï Ueshiba). Le coeur des recherches de Lionel Oudart est la synthèse des liens entre chacune de ces disciplines.

Dojo Kun Lionel Oudart, Grand Fontaine 2004

Par la suite et toujours sous la direction de Lionel Oudart, je débute la pratique du « Kobujutsu ». Cela comprend la pratique intensive des Kajos de Jojutsu et Jo/ken de l’école « Shinto Muso Ryu », le Kenjutsu du « Kashima Shinto Ryu », le Seitei Iai du « Muso Shinden Ryu » et leurs applications en Yawara Jutsu (techniques martiales de corps à corps une fois désarmé).

Lionel Oudart m’a transmis tout ce qu’il pouvait, avec générosité et bienveillance. Il a été le Sensei qui a su crée en moi le terreau fertile, la source dont à jailli l’ensemble de mes recherches. Tout le temps que nous avons passé ensemble à pratiquer, explorer, corriger et notre relation fusionnelle l’ont amené dans ces derniers instants de vie à m’honorer de la responsabilité de transmettre ce qu’il m’a donné. Je respecte cet engagement avec intensité et humilité. 

Je rencontre à la même période le Hatha Yoga des formes Désikachar, Iyengar, Nil Hahoutoff. Je mentionne les yogas car ils ont joué un rôle extrêmement déterminant dans ma compréhension et dans mes recherches sur les disciplines martiales.

Je commence ensuite la pratique du Wing Tsun au sein de l’EWTO crée par Si-Hing Benjamin Bernard (maintenant Si-Fu) puis très rapidement sous la guidance de Si-Fu Hans Olbers à l’époque référant de l’organisation pour toute l’Europe.

Après quelques années, je quitte l’enseignement de Hans Olbers pour celui du « Wing Tsun Kung Fu » de Klaus Flickinger, au sein de l’AIWTKF à Strasbourg. Organisation au sein de laquelle je suis tout le cursus de formation à l’enseignement. J’allais faire partie de la première génération d’enseignants.

Parallèlement, je débute la pratique de l’Aikido au sein de la FFAAA sous l’enseignement de Michel ERB (Directeur Technique Régional Nord-Est) puis aux côtés de Christian Tissier, Shihan pour la France en lien avec l’AIKIKAI de Tokyo. Et je participerai aux écoles des cadres ainsi qu’aux stages et formations préparatoires à l’obtention du Diplôme d’État d’Éducateur Sportif.

J’ai plus tard participé à l’élaboration d’un programme technique et théorique en Aïkibujutsu, Kobujutsu et Katori Shinto Ryu afin d’obtenir une équivalence au Diplôme d’État d’éducateur sportif par le biais de la FSCF (Fédération Sportive et Culturelle de France).

Ces travaux m’ont permis d’obtenir un diplôme d’instructeur fédéral niveau 3 pour ces trois disciplines au sein de la FSCF, diplôme très rare à en croire les dirigeants actuels de cette fédération.

Je rencontre le Yoga du froid « Toumo Tibetain » avec Maurice Daubard ainsi que le Yoga du Cachemire avec Daniel Odier puis avec Eric Baret élève direct de Jean Klein. Ces deux traditions font partie intégrante de ma pratique et vont influencer considérablement ma compréhension des disciplines martiales, en apportant des réponses à mes recherches sur l’implication de l’intellect dans la détente et l’adaptation du corps en situation de « crise » mentale ou physique.

Maurice Daubard, Italie 2006

La pratique du Toumo ne m’a jamais quitté depuis mes 14 ans, elle fait partie intégrante de mon quotidien et de mon enseignement. Quant à la tradition du Cachemire, ça n’est pas tant la composante corporelle qui influença ma pratique, mais plutôt l’approche spirituelle dites « négative » qui pointe sans artifices la grande illusion (Maya) créée de toute pièce par le mental dont je fus le témoin malgré moi dès l’âge de 13 ans. Cette sensibilité ne m’abandonnera jamais et viens encore aujourd’hui coloré l’intégralité de mon quotidien.

Plusieurs années plus tard, je décide de mettre temporairement de côté la pratique des armes japonaises ainsi que de quitter toutes les fédérations dont je faisais partie (j’y étais devenu complètement allergique !).

Je concentre alors mon énergie sur ce qui va devenir le coeur de mes  recherches, c’est à dire la prise de conscience de la structure corporelle et psychique dans une situation de tension.

Celle-ci va me mener à la pratique du Wing Chun de Si Fu Martin Dragos, Wing Chun percutant et dense qui engagera chez moi une étude profonde de l’optimisation corporelle et des stratégies de combat.

Pour nourrir cette étude, je rencontre en 2009 la pratique du Neija Quan avec mon partenaire de pratique Alexandre Hunot (enseignant sur Lyon, fondateur de l’école « les 5 pétales ») puis sous la direction de Maître Luo Dexiu véritable encyclopédie des arts internes chinois, passionné, passionnant et d’une générosité rare. Maitres Luo est certainement l’artiste martial qui m’a le plus impressionné tant sa capacité d’adaptation est phénoménale. Je continue de suivre encore aujourd’hui sa formation d’enseignant.

Luo Dexiu, Lyon 2017

En 2012, je rencontre également Sensei Minoru Akuzawa, fondateur de l’école Aunkaï Bujutsu. Véritable génie du corps à la personnalité singulière, Sensei Akuzawa a su synthétiser avec une précision chirurgicale les principes corporels fondamentaux permettant de se mouvoir librement face aux contraintes intérieures et extérieures.

Quelques années plus tard, Sensei Akuzawa me donnera la responsabilité d’enseigner sa discipline, je suis aujourd’hui pleinement impliqué dans la diffusion, l’organisation et la recherche au sein de l’Aunkai international. 

Afin d’être pleinement en adéquation avec les résultats de mes recherches, j’ai compris depuis de nombreuses années que la pratique des Arts-martiaux traditionnels comporte deux grands axes : La technique et l’optimisation de l’utilisation du corps. Traditionnellement, pour que la technique soit efficace, le travail consiste dans une faible proportion a mémoriser des techniques et dans une forte proportion à « forger » le corps et l’esprit, « Lorsque le corps est prêt, la technique jaillit spontanément, le corps devient la technique » Minoru Akuzawa.

Sensei Minoru Akuzawa, Kuro Obi Seminar, Saint Privas 2017

Pour cette raison, mes travaux m’ont poussé depuis longtemps et quotidiennement à transposer les principes issus des Arts-martiaux dans des entrainements physiques influencés par la quadrupédie, le fitness, le crossfit, l’interval training etc. Dans cette recherche, les travaux de Blandine Calais Germain, de Christophe Carrio, de Franck Medrano, de Emma Gomez et de la préparation physique traditionnelle m’ont permis d’acquérir des connaissances pluridisciplinaires et adaptées. 

En conséquence, cette manière de gérer mes propres entrainements m’a permis de créer un système complet que j’ai nommé « training corporel » qui permet à mes élèves de travailler dans une même séance, respirations, système nerveux, proprioception, mobilité, renforcement et cardio.

Cette expérience m’a amené à créer une méthode nommée Kinesis©, dont le but est d’apprendre à structuré et à utiliser le corps de la façon la plus optimale possible. J’ai crée cette méthode en partenariat avec mon binôme au sein de l’Aunkai international, Christophe Ksiazkiewicz instructeur d’Aunkai depuis de longues années et plus ancien élèves français de Sensei Akuzawa.

J’ai débuté l’enseignement il y a plus de 20 ans. Ces années d’expérience m’ont permis de constater la pluralité des résultats pour chaque élève, que ce soit en terme de compréhension ou d’acquisition de compétences. Le manque de résultats peut facilement engendrer un manque de motivation, une perte d’assiduité, entraînant parfois l’élève à abandonner. Pour cette raison, j’ai souhaité obtenir le diplôme de préparateur mental qui me donne aujourd’hui des outils précis me permettant d’adapter ma stratégie de transmission de manière plus efficace.

J’ai en outre obtenu le diplôme de praticien de Shiatsu traditionnel au sein de l’école Masunaga. Cette formation dispensée par Alain Sakhnowsky, praticien depuis plus de 25 ans et excellent pédagogue, m’a permis d’éclaircir de façon très précise les liens entre l’activité corporelle interne, les fluctuation émotionnelles et le monde qui nous entoure. Le shiatsu Masunaga est un shiatsu sensible, humaniste et précis. Soutenu par la médecine traditionnelle chinoise, il apporte à ma démarche une approche plus précise tant sur le plan physiologique que psychologique.

L’enseignement que je propose à ce jour a pour fil directeur la compréhension corporelle, l’adaptabilité fonctionnelle à l’époque dans laquelle nous vivons. Il a pour but d’aider les pratiquants à se découvrir profondément afin de quitter les résistances intérieures qui forment des barrières à la joie et au calme intérieur.

Ces disciplines sont les suivantes :

  • Le Wing Chun
  • L’Aunkaï
  • L’Aïkibugei
  • Le Katori Shinto Ryu
  • Le Training corporel
  • Kinesis©
  • L’exposition volontaire au froid « Yoga Toumo »

Je cherche chaque jour à améliorer ma pratique et ma compréhension.

Les échanges avec Alexandre Hunot autour du Wing Chun et du Neija Quan, les séances d’Aïkibugei et de Katori Shinto Ryu au dojo kun de Lionel Oudart avec Julien Moreau et les anciens de l’AIRBJ, les entrainements d’Aunkai avec Christophe ksiazkiewicz, la pratique du Katori Shinto Ryu de Yukihiro Sugino avec Michel Serrurot et mes entrainements individuels quotidiens me permettent de maintenir une dynamique de recherche riche et intense.

Enfin, les formations sous la direction de Sensei Akuzawa et de Maître Luo Dexiu me laissent percevoir des horizons lointains qui nourrissent mon évolution et qui laissent mon ego à sa juste place.

Faire sans rien attendre, garder l’esprit du débutant, rester vigilant et adaptable sont des principes fondamentaux de ces disciplines, je m’emploi à les mettre en application jour après jour.