Aïkibugei

Enseignant : Philippe

Littéralement : personne qui se réalise harmonieusement au travers des arts guerriers.

Anciennement appelé Aïkibujutsu, l’Aïkibugei est une discipline créée par Sensei Lionel Oudart. Elle regroupe les techniques les plus efficaces du Daïto Ryu Aïkijujutsu, de l’Aïkibudo et de l’Aïkido.

DOJO KUN, Grandfontaine, été 2004
étude du Kihon Wa-No-Seichin

Le coeur de cette discipline repose sur la volonté de son fondateur de transmettre une pratique capable d’améliorer les capacités de l’être humain tant sur le plan physique que sur le plan psychologique.

L’Aïkibugei possède une richesse techniques rarement vu dans le monde de l’Aïki. La progressivité est de rigueur, l’objectif étant de polir le diamant avec persévérance et détermination afin qu’il puisse briller dans tous les domaines de la vie.

Sensei Lionel Oudart ne souhaitait pas seulement apprendre à ses élèves à réagir face à une situation de crise. Sa démarche était de transmettre des principes, des valeurs, des concepts capables d’influer sur la totalité du spectre de la vie.

“Il faut travailler sérieusement sans se prendre au sérieux.” Lionel Oudart

C’est par la répétition de ce programme technique stricte et complet que le pratiquant d’Aïkibugei verra au fil du temps sa transformation intérieure s’opérer.

Les techniques employées sont nombreuses. Certaines sont  axées uniquement sur la compréhension corporelle (tous les exercices de base), alors que d’autres sont clairement orientées vers la martialité. Les techniques de combat permettent aux pratiquants non seulement d’éprouver les principes acquis dans les exercices de formation du corps mais également de tester sa capacité d’harmonie entre l’apparente dissociation psyché/corps physique.

DOJO KUN, Grandfontaine, été 2004
variations sur Shiho Nage

L’Aïkibugei nous apprend la patience, la bienveillance, la détermination etc. Cet art permet au corps de se former, d’être plus réceptif, plus sensible et adaptable à notre environnement.

“La technique est intéressante, elle permet de comprendre et de former le corps, mais rien n’est plus important que de cultiver notre capacité à nous adapter.”
Une des dernières phrases du Sensei, quelques jours avant sa mort, le 19 mars 2021.